Les Amis des Neuf

Confrerie Les Amis des Neuf sur Lotro et Les Neuf sur Guild Wars 2
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elyandir et mellyan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mellyan
Sage
Sage
avatar

Messages : 1155
Date d'inscription : 02/07/2010
Age : 39
Localisation : près de Metz

MessageSujet: Elyandir et mellyan   Jeu 14 Oct - 11:28

Dans l’auberge, les clients se regardaient avec inquiétude. Les musiciens rangeaient déjà leurs instruments, tout en regardant nerveusement la porte de derrière. Dehors de rires gras et des éclats de voix ne laissaient pas de doutes sur la qualité des clients arrivants.

Depuis plusieurs semaines un camp de bandit s’était installé a proximité du bourg. Ils étaient plus d’une cinquantaine, et aucune milice locale n’était dimensionnée pour les affronter.

La porte s’ouvrit avec fracas, une femme rousse fut projetée à terre. Elle pleurait. Ses vêtements de paysanne étaient abimés, déchirés par endroits. Une quinzaine de malfrats entraient en grand bruit derrière elle.

« Ah tu as voulu nous provoquer ? Tu voulais jouer avec nous ? On va rire, avec toi. On va boire et tu vas nous divertir. » cria l’un d’eux.
« Tu n’as pas fini de passer du bon temps avec nous, crois moi ! » renchérit un autre.

L’homme de tête se dirigea vers les bouteilles du bar, en saisit une poignée, renversant le reste et partit s’installer à une table. L’aubergiste ne dit rien, les clients ne bougeaient pas, la porte était bloquée par les bandits. Les musiciens ressortaient leurs instruments, il était trop tard pour partir.

Un homme força la fille à s’assoir sus ses genoux, la fille aux cheveux court était terrorisée, nul ne bougeait pour la défendre, et sa fin de journée ne s’annonçait pas belle.
Trois gredins se mirent à faire le tour de la salle avec un sac, sans résistance, les clients y versaient ce qu’ils possédaient.

Ils arrivèrent face à un homme assis seul à une table. De loin, sa cape dorée camouflait déjà difficilement son harnois de guerre. De près, l’épée à deux mains appuyée contre le mur ne laissait pas de doute sur l’identité du guerrier. Plus nombreux, et surement idiots, les hommes ‘approchèrent.
« Toi, je sais que tu penses pouvoir faire le malin. Mais on est bien plus nombreux que toi, seul tu ne peux rien contre nous, donnes nous ton or, tes armes et ton armure. ». L’homme dorée ne répondit pas, la tension dans l’auberge passa de palpable à oppressante. Le silence de l’homme se rajoutant à la pesanteur du moment. Les malfrats devinrent soudain nerveux, devant l’assurance du guerrier, et l’incertitude de sa réaction. Deux autres s’approchèrent sentant que la situation pouvait dégénérer.
« Tu es sourd ? On va te tuer !... »

Au départ le briguant cru qu’il ne s’agissait que de la fumée des pipes, mais les volutes se mirent à se concentrer en un point, devinrent plus compactes, un crane apparut, le parjure avait été convoqué.

La terreur changeât de camp, la forme immatérielle et squelettique, banda son arc éthéré et un trait vint percuter la poitrine du gredin le plus proche, le projectile disparut immédiatement, laissant un flot de sang s’échapper librement de la blessure. Tous les bandits se précipitèrent sur le guerrier à l’armure d’or, sauf celui qui avait la jeune fille sur les genoux, il s’étouffait, un collet autour du cou.

Elyandir l’immortel bascula la table devant lui, bloquant les pieds des malfrats, saisit sa longue épée et traça un moulinet sanguinolent dans l’air. Enjambant les corps il marcha fermement vers le groupe de bandit.
Ces derniers, focalisés sur la mort dorée qui marchait vers eux, sortirent leurs armes et se précipitèrent sur elle. Le dernier trébucha, sa gorge fut tranchée.

Telle une marrée humaine, ils se jetèrent sur Elyandir afin de l’immobiliser de leur masse, mais ce dernier ne se laissa pas avoir par cette manœuvre grossière, il frappa bas sur la première rangée, brisant leurs genoux, fit un pas en arrière, la troupe s’affaissa sur le premier rang immobilisé. Tous ne se relevèrent pas, les deux derniers du rang de fin ne purent que s’étonner de la tache rouge qui grandissait sur leur poitrine et de la sensation de chaleur qui se diffusait de leur dos.

Déjà les malfrats se redressaient, le fantôme lâcha son arc qui disparut dans le cours de sa chute, sortit deux épées courtes et se lança dans la mêlée, une haine de la vie dans la flamme de ses orbites. Elyandir cria, comme seul un capitaine sait le faire, avec le pouvoir qui en découle ! Renforcé il percuta le groupe, se fraya un chemin a travers lui, sa lame s’abattant sans relâche, tranchant chairs, tranchant os.

La bataille s’achevant, Elyandir révoqua le parjure, la populace était déjà suffisamment effrayée sans qu’il soit nécessaire que le froid surnaturel du mort ne les affecte plus.

Il se dirigea vers l’aubergiste et lui demanda de faire appeler la milice du village et le croque mort, il déposa aussi une bourse sonnante sur le comptoir : « pour les dégâts et le dérangement ».

La paysanne s’approcha, nettoyant ses dagues avec un tissu. « Merci fier guerrier, vous m’avez sauvé la vie. »
« Arrêtes ta comédie, Mellyan, tu n’as jamais été en danger »
« oh, tu m’as reconnu ? mais si, quinze, ca fait beaucoup pour moi, et si je ne les avaient pas attirés ici ils y en a une quarantaine de plus dans leur camp »
« a ce sujet, c’est toi qui m’a donné rendez vous ici, je n’aime pas être dans tes machinations, la prochaine fois tu te débrouilles seule. »
« Ne dis pas de bêtises, tu voulais aussi t’occuper de ce camp… »
« oui ! Mais à ma manière, pas en tendant un piège ! »
« c’est moi qui ait fait le piège, à ma manière, toi tu as fais comme d’habitude tu appelles ton mort, et lèves ta grande épée…et puis si tu veux me sauver pour de vrai je m’en vais égorger leur chef, mais je vais avoir du mal quand tous ses copains vont me tomber dessus… dépêches toi tu as du chemin surtout si tu dois affronter toute son armée pour arriver à la grande tente…. » détournant l’attention, mellyan disparut soudainement !

A ce moment, Elyandir réalisa qu’il n’était pas seul au milieu des cadavres et membres tranchés. Les musiciens, clients et l’aubergiste s’étaient aussi rendu compte qu’ils avaient été mis au milieu d’une machination orchestrée par l’amie du guerrier…

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Crepp
Maitre d'Arme
Maitre d'Arme


Messages : 788
Date d'inscription : 02/07/2010
Age : 45

Feuille de personnage
Classe: Gardien
Race: Nain
Cercle: 65

MessageSujet: Re: Elyandir et mellyan   Jeu 14 Oct - 19:04

est ce un rachat de votre part ma chère Mellyan de payer de nombreuses tournées dans les tavernes?
En tout cas je ne vous regarderai plus de la même manière vais je dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Elyandir et mellyan   Jeu 21 Oct - 9:55

j'adore!!!!!

Elle est vraiment trop forte ma belle dame

lol!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elyandir et mellyan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elyandir et mellyan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Amis des Neuf :: Mae Govanen ! Salut à toi étranger ! :: Galerie des héros-
Sauter vers: